Police. Grandeur et décadence par Marc La Mola

Police. Grandeur et décadence

Titre de livre: Police. Grandeur et décadence

Éditeur: Michalon Editeur

Auteur: Marc La Mola


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Police. Grandeur et décadence.pdf - 46,180 KB/Sec

Mirror [#1]: Police. Grandeur et décadence.pdf - 43,113 KB/Sec

Mirror [#2]: Police. Grandeur et décadence.pdf - 24,539 KB/Sec

Marc La Mola avec Police. Grandeur et décadence

« Tel l'Empire romain, l'institution police va être détruite après avoir vu passer à sa tête bon nombre d'empereurs dont certains n'auraient pas mérité de porter le titre de César. Mais si l'empire a encore du mal à survivre, c'est bien sa garde prétorienne qui décline et qui ne peut fournir le service de qualité qui, pourtant, s'impose.
Ave César !
Cette police qui va mourir te salue ! »

Les récentes manifestations de policiers ont constitué un tournant dans la prise en considération du métier de flic, et plus généralement de l'institution policière. Durcissement des conditions de travail déjà éprouvantes, manque d'effectifs, horaires harassants conduisant à l'abandon du service de police dite de proximité… Témoin privilégié d'un métier qu'il a sans doute trop aimé, Marc La Mola revient sur les raisons qui ont fait de cet organe institutionnel indispensable à la démocratie une corporation moribonde. Au terme d'un constat sans amertume mais lucide, il oriente sa réflexion vers l'avenir sans manquer d'interpeller les hautes instances à la veille de l'élection présidentielle : quelle sera la police de demain ? La sécurité des Français sera-t-elle sacrifiée sur l'autel des ambitions personnelles d'une poignée de politiques ?

Livres connexes

« Tel l'Empire romain, l'institution police va être détruite après avoir vu passer à sa tête bon nombre d'empereurs dont certains n'auraient pas mérité de porter le titre de César. Mais si l'empire a encore du mal à survivre, c'est bien sa garde prétorienne qui décline et qui ne peut fournir le service de qualité qui, pourtant, s'impose.
Ave César !
Cette police qui va mourir te salue ! »

Les récentes manifestations de policiers ont constitué un tournant dans la prise en considération du métier de flic, et plus généralement de l'institution policière. Durcissement des conditions de travail déjà éprouvantes, manque d'effectifs, horaires harassants conduisant à l'abandon du service de police dite de proximité… Témoin privilégié d'un métier qu'il a sans doute trop aimé, Marc La Mola revient sur les raisons qui ont fait de cet organe institutionnel indispensable à la démocratie une corporation moribonde. Au terme d'un constat sans amertume mais lucide, il oriente sa réflexion vers l'avenir sans manquer d'interpeller les hautes instances à la veille de l'élection présidentielle : quelle sera la police de demain ? La sécurité des Français sera-t-elle sacrifiée sur l'autel des ambitions personnelles d'une poignée de politiques ?« Tel l'Empire romain, l'institution police va être détruite après avoir vu passer à sa tête bon nombre d'empereurs dont certains n'auraient pas mérité de porter le titre de César. Mais si l'empire a encore du mal à survivre, c'est bien sa garde prétorienne qui décline et qui ne peut fournir le service de qualité qui, pourtant, s'impose.
Ave César !
Cette police qui va mourir te salue ! »

Les récentes manifestations de policiers ont constitué un tournant dans la prise en considération du métier de flic, et plus généralement de l'institution policière. Durcissement des conditions de travail déjà éprouvantes, manque d'effectifs, horaires harassants conduisant à l'abandon du service de police dite de proximité… Témoin privilégié d'un métier qu'il a sans doute trop aimé, Marc La Mola revient sur les raisons qui ont fait de cet organe institutionnel indispensable à la démocratie une corporation moribonde. Au terme d'un constat sans amertume mais lucide, il oriente sa réflexion vers l'avenir sans manquer d'interpeller les hautes instances à la veille de l'élection présidentielle : quelle sera la police de demain ? La sécurité des Français sera-t-elle sacrifiée sur l'autel des ambitions personnelles d'une poignée de politiques ?