Penser autrement le vieillissement: Pour une approche humaniste du vieillissement cérébral (Psy-Théories, débats, synthèses t. 12) par Martial Van der Linden

Penser autrement le vieillissement: Pour une approche humaniste du vieillissement cérébral (Psy-Théories, débats, synthèses t. 12)

Titre de livre: Penser autrement le vieillissement: Pour une approche humaniste du vieillissement cérébral (Psy-Théories, débats, synthèses t. 12)

Éditeur: Mardaga

Auteur: Martial Van der Linden


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Martial Van der Linden avec Penser autrement le vieillissement: Pour une approche humaniste du vieillissement cérébral (Psy-Théories, débats, synthèses t. 12)

Des outils pour aider les personnes âgées à affronter la démence et les maladies mentales.

Les prédictions concernant le nombre de personnes âgées qui souffriront de démence en 2050 suscitent de fréquentes annonces alarmistes, prévoyant un « tsunami » de cas qui submergerait les familles et les soignants et qui imposerait un fardeau économique insupportable à la société.

Afin de prévenir cette « crise de la démence », la position biomédicale dominante considère qu’il faut placer un maximum de moyens sur la recherche neurobiologique, le diagnostic et les traitements pharmacologiques, afin d’essayer de différer et, finalement, de guérir la démence.

Ce livre vise tout d’abord à expliquer le contexte social et culturel dans lequel s’est développée cette approche biomédicale de la démence, qui a conduit à une médicalisation croissante du vieillissement. Il a également pour objectif de décrire les limites de cette approche et de montrer en quoi le vieillissement cérébral et cognitif semble être modulé par de multiples facteurs (biomédicaux, psychologiques, sociaux, culturels, etc.), intervenant tout au long de la vie.

Les implications de ce changement de perspective sont ensuite identifiées. Pour les auteurs, il convient d’allouer davantage de ressources à la prévention et de développer des pratiques d’évaluation et d’intervention psychosociales qui prennent en compte les personnes âgées dans leur individualité. L’objectif ? Aider ces personnes à maintenir un sens à leur vie, un sentiment de bien-être et de dignité, ainsi qu’une véritable place dans la société. Ils préconisent également un changement de culture dans les structures d’hébergement à long terme pour personnes âgées.
Cet ouvrage engagé, qui défend une approche humaniste du vieillissement, se termine par un ensemble de réflexions sur les droits et la citoyenneté des personnes âgées.

Destiné aux professionnels de la santé, cet ouvrage de référence permet d'appréhender d'un point de vue éthique et psychologique les troubles cognitifs de la vieillesse.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Un humanisme face au vieillissement et une clarté de vue, qui pourrait élargir le modèle-même de la maladie dite d’Alzheimer. - Françoise Laeckmann, Wolvendael Magazine

On va retrouver dans leur ouvrage, et c’est sans surprise, et avec plaisir, l’humanisme face au vieillissement et une clarté de vue qui fait fi du modèle restreint de la maladie d’Alzheimer réduit à une atteinte cognitive dégénérative. - Philippe Thomas, La revue de gériatrie

Ce livre, qui au premier abord pourrait paraître polémique, constitue une présentation certes sélective, mais très riche, pour mieux comprendre la question du vieillissement cérébral, notamment au cours du très grand âge. - Emmanuel Monfort, Santé publique

À PROPOS DES AUTEURS

Martial Van der Linden
est docteur en psychologie et professeur aux Universités de Genève et de Liège. Il possède une longue expérience clinique, puisqu’il a examiné pendant plus de quinze ans des patients cérébro-lésés dans le service de Neuropsychologie de l’Hôpital de Bavière à Liège. Il dirige également l’unité de psychopathologie et neuropsychologie cognitive de l’Université de Genève ainsi que le secteur de psychopathologie cognitive de l’Université de Liège.

Anne-Claude Juillerat Van der Linden
est docteure en psychologie, neuropsychologue clinicienne et chargée de cours à l’Université de Genève. Elle a pendant vingt ans été neuropsychologue responsable à la consultation mémoire des Hôpitaux universitaires de Genève.

Livres connexes

Des outils pour aider les personnes âgées à affronter la démence et les maladies mentales.

Les prédictions concernant le nombre de personnes âgées qui souffriront de démence en 2050 suscitent de fréquentes annonces alarmistes, prévoyant un « tsunami » de cas qui submergerait les familles et les soignants et qui imposerait un fardeau économique insupportable à la société.

Afin de prévenir cette « crise de la démence », la position biomédicale dominante considère qu’il faut placer un maximum de moyens sur la recherche neurobiologique, le diagnostic et les traitements pharmacologiques, afin d’essayer de différer et, finalement, de guérir la démence.

Ce livre vise tout d’abord à expliquer le contexte social et culturel dans lequel s’est développée cette approche biomédicale de la démence, qui a conduit à une médicalisation croissante du vieillissement. Il a également pour objectif de décrire les limites de cette approche et de montrer en quoi le vieillissement cérébral et cognitif semble être modulé par de multiples facteurs (biomédicaux, psychologiques, sociaux, culturels, etc.), intervenant tout au long de la vie.

Les implications de ce changement de perspective sont ensuite identifiées. Pour les auteurs, il convient d’allouer davantage de ressources à la prévention et de développer des pratiques d’évaluation et d’intervention psychosociales qui prennent en compte les personnes âgées dans leur individualité. L’objectif ? Aider ces personnes à maintenir un sens à leur vie, un sentiment de bien-être et de dignité, ainsi qu’une véritable place dans la société. Ils préconisent également un changement de culture dans les structures d’hébergement à long terme pour personnes âgées.
Cet ouvrage engagé, qui défend une approche humaniste du vieillissement, se termine par un ensemble de réflexions sur les droits et la citoyenneté des personnes âgées.

Destiné aux professionnels de la santé, cet ouvrage de référence permet d'appréhender d'un point de vue éthique et psychologique les troubles cognitifs de la vieillesse.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Un humanisme face au vieillissement et une clarté de vue, qui pourrait élargir le modèle-même de la maladie dite d’Alzheimer. - Françoise Laeckmann, Wolvendael Magazine

On va retrouver dans leur ouvrage, et c’est sans surprise, et avec plaisir, l’humanisme face au vieillissement et une clarté de vue qui fait fi du modèle restreint de la maladie d’Alzheimer réduit à une atteinte cognitive dégénérative. - Philippe Thomas, La revue de gériatrie

Ce livre, qui au premier abord pourrait paraître polémique, constitue une présentation certes sélective, mais très riche, pour mieux comprendre la question du vieillissement cérébral, notamment au cours du très grand âge. - Emmanuel Monfort, Santé publique

À PROPOS DES AUTEURS

Martial Van der Linden
est docteur en psychologie et professeur aux Universités de Genève et de Liège. Il possède une longue expérience clinique, puisqu’il a examiné pendant plus de quinze ans des patients cérébro-lésés dans le service de Neuropsychologie de l’Hôpital de Bavière à Liège. Il dirige également l’unité de psychopathologie et neuropsychologie cognitive de l’Université de Genève ainsi que le secteur de psychopathologie cognitive de l’Université de Liège.

Anne-Claude Juillerat Van der Linden
est docteure en psychologie, neuropsychologue clinicienne et chargée de cours à l’Université de Genève. Elle a pendant vingt ans été neuropsychologue responsable à la consultation mémoire des Hôpitaux universitaires de Genève.

Des outils pour aider les personnes âgées à affronter la démence et les maladies mentales.

Les prédictions concernant le nombre de personnes âgées qui souffriront de démence en 2050 suscitent de fréquentes annonces alarmistes, prévoyant un « tsunami » de cas qui submergerait les familles et les soignants et qui imposerait un fardeau économique insupportable à la société.

Afin de prévenir cette « crise de la démence », la position biomédicale dominante considère qu’il faut placer un maximum de moyens sur la recherche neurobiologique, le diagnostic et les traitements pharmacologiques, afin d’essayer de différer et, finalement, de guérir la démence.

Ce livre vise tout d’abord à expliquer le contexte social et culturel dans lequel s’est développée cette approche biomédicale de la démence, qui a conduit à une médicalisation croissante du vieillissement. Il a également pour objectif de décrire les limites de cette approche et de montrer en quoi le vieillissement cérébral et cognitif semble être modulé par de multiples facteurs (biomédicaux, psychologiques, sociaux, culturels, etc.), intervenant tout au long de la vie.

Les implications de ce changement de perspective sont ensuite identifiées. Pour les auteurs, il convient d’allouer davantage de ressources à la prévention et de développer des pratiques d’évaluation et d’intervention psychosociales qui prennent en compte les personnes âgées dans leur individualité. L’objectif ? Aider ces personnes à maintenir un sens à leur vie, un sentiment de bien-être et de dignité, ainsi qu’une véritable place dans la société. Ils préconisent également un changement de culture dans les structures d’hébergement à long terme pour personnes âgées.
Cet ouvrage engagé, qui défend une approche humaniste du vieillissement, se termine par un ensemble de réflexions sur les droits et la citoyenneté des personnes âgées.

Destiné aux professionnels de la santé, cet ouvrage de référence permet d'appréhender d'un point de vue éthique et psychologique les troubles cognitifs de la vieillesse.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Un humanisme face au vieillissement et une clarté de vue, qui pourrait élargir le modèle-même de la maladie dite d’Alzheimer. - Françoise Laeckmann, Wolvendael Magazine

On va retrouver dans leur ouvrage, et c’est sans surprise, et avec plaisir, l’humanisme face au vieillissement et une clarté de vue qui fait fi du modèle restreint de la maladie d’Alzheimer réduit à une atteinte cognitive dégénérative. - Philippe Thomas, La revue de gériatrie

Ce livre, qui au premier abord pourrait paraître polémique, constitue une présentation certes sélective, mais très riche, pour mieux comprendre la question du vieillissement cérébral, notamment au cours du très grand âge. - Emmanuel Monfort, Santé publique

À PROPOS DES AUTEURS

Martial Van der Linden
est docteur en psychologie et professeur aux Universités de Genève et de Liège. Il possède une longue expérience clinique, puisqu’il a examiné pendant plus de quinze ans des patients cérébro-lésés dans le service de Neuropsychologie de l’Hôpital de Bavière à Liège. Il dirige également l’unité de psychopathologie et neuropsychologie cognitive de l’Université de Genève ainsi que le secteur de psychopathologie cognitive de l’Université de Liège.

Anne-Claude Juillerat Van der Linden
est docteure en psychologie, neuropsychologue clinicienne et chargée de cours à l’Université de Genève. Elle a pendant vingt ans été neuropsychologue responsable à la consultation mémoire des Hôpitaux universitaires de Genève.